1. Accueil
  2. Automotive News
  3. Comment Ekoï, PME varoise, est devenue une référence mondiale dans le monde du cyclisme

Comment Ekoï, PME varoise, est devenue une référence mondiale dans le monde du cyclisme

Le monde automobile 20/12/2021 193

Installée à Fréjus, Ekoï s'est imposée dans le monde entier comme une référence dans le cyclisme sportif avec ses casques, vêtement et lunettes. Spécialisée dans la vente en ligne, elle s'agrandit en France et ouvre des filiales aux Etats-Unis et au Japon.

Ekoi c'est l'histoire d'une réussite française à la fois discrète et puissante. Créée par Jean-Christophe Rattel il y a tout juste 20 ans, cette PME varoise de 50 personnes s'est doucement imposée comme incontournable auprès des sportifs, amateurs et professionnels dans le monde entier. Aujourd'hui, 4 équipes du Tour de France portent des produits Ekoï: Arkea Samsic, Cofidis, Lotto-Soudal et Qhubeka.

Un fondateur fan de vélo

Pourtant, au départ, rien ne laissait présager un tel succès. Jean-Christophe Rattel, ancien cadre de Vetta et MBK passé par des marques de luxe comme Guy laroche ou L'Oréal, produisait des casques et des lunettes de vélo pour la grande distribution. Son objectif était d'offrir le meilleur rapport qualité prix sous des marques distributeurs.

Dès 2008, le fondateur d'Ekoi remet en question ce modèle pourtant rentable. Passionné et pratiquant de vélo, Jean-Christophe Rattel décide de créer des gammes d'équipements sportifs haut de gamme et investit dans l'innovation des matériaux et le design. Parallèlement, il crée un site pour vendre ses propres produits sans intermédiaire.

Ekoï, la marque française se fait remarquer lors des grandes compétitions cyclistes © DAVID STOCKMAN / BELGA

Dès 2010, Ekoï devient 100% web. Cette stratégie le sauve en 2020 pendant la crise sanitaire. Alors que les magasins ferment, son site vend aux cyclistes le matériel dont ils ont besoin pour s'aérer.

Mais l'autre pilier de la marque repose sur l'innovation. Ekoï développe de nouveaux textiles, de nouveaux matériaux pour les casques selon l'activité des sportifs, qu'ils fassent de la course sur route, du triathlon ou du VTT.

Depuis peu, Jean-Christophe Rattel s'est lancé un nouveau défi en tentant de séduire une clientèle féminine.

Des filiales aux Etats-Unis et au Japon

Le succès d'Ekoï a depuis quelques années dépassé les frontières de la France et celles de l'Europe grâce à trois levées de fonds entre 2014 et 2021. Pour la Russie, le Moyen Orient, la Canada et l'Australie, il passe par des distributeurs spécialisés. Mais pour les Etats-Unis et le Japon, Ekoï a ouvert des filiales. Les pays européens sont servis depuis la France et pour faire face à la demande, la PME ouvrira en 2022 un nouvel atelier de 300 m2 à Fréjus.

Le seul regret de Jean-Christophe Rattel est de ne pas pouvoir produire plus en France. Les produits sont conçus à Fréjus. Ils sont fabriqués en France si c'est possible, sinon en Europe et s'il n'y a pas pas d'autres choix en Asie.

Ekoï a créé un verre photochromique qui fonce ou s’éclaircit en fonction de la luminosité en moins d’un 10ème de seconde © Ekoï

L'optique reste également en Europe, surtout lorsqu'elle intègre des technologies brevetées. La marque a lancé les E-Lens, des lunettes photochromiques à énergie solaire qui s'adaptent à la luminosité en une fraction de seconde. Les montures viennent d'Italie et les verres photochromiques de Suisse.

Elles ont été créées en France avec le designer David Minard qui a aposé une devise en langage codé: "Le temps n'est plus ici... nous sommes déjà demain". Cette collaboration n'est pas une première. L'artiste a déjà créé un casque high tech et aérodynamique avec lequel le sud africain Max Walscheid (Qhubeka) a remporté le titre de champion du monde de contre la montre par équipe mixte avec l'Allemagne.

Sur le même sujet

Tour de France: comment les équipes font face à la pénurie de "vélos"

Cette année, le chiffre d'affaires d'Ekoï devrait encore grimper de 30%. Compte-t-il désormais élargir sa gamme aux autres profils que les sportifs et profiter de la tendance vélotaff?

https://twitter.com/PascalSamama

Pascal Samama

Journaliste BFM Éco


PREV: Maître de l’univers Altaya : obtenez la collection sur altaya.fr

NEXT: Garage de livres Automoblog : Lotus 72

Articles populaires

Articles chauds




  • Réalisé aux États-Unis, ce test a été initialement publié en anglais sur le site Wirecutter. Vous pouvez le lire ici en version originale.Une coque de bonne qualité est un investissement judicieux : l...

Retour au sommet